Article précédent
Article suivant

Complémentaire santé solidaire : quelles démarches pour les assurés ?

L’attribution de la Complémentaire santé solidaire dépend des ressources du foyer. Elle peut être gratuite ou nécessiter une participation financière modérée à régler chaque mois. Le formulaire à remplir est le même que les assurés bénéficient de la complémentaire gratuite ou avec participation.

Comment faire une demande de complémentaire santé solidaire ?

Avant de faire une demande de Complémentaire santé solidaire, les assurés peuvent utiliser le simulateur de droits disponible sur ameli.fr.
La demande de Complémentaire santé solidaire peut se faire directement depuis le compte ameli de l’assuré. Pour cela, il suffit de se connecter à l’aide du numéro de Sécurité sociale et du code, puis de se rendre dans la rubrique Mes démarches.

La demande peut se faire en adressant le formulaire papier S3711 (disponible rubrique formulaires) à la CPAM :

Caisse primaire d’Assurance Maladie du Bas-Rhin

16 rue de Lausanne

67090 Strasbourg Cedex

Il est important de respecter les étapes de la demande :

  • Compléter les informations concernant le foyer ;
  • Remplir la déclaration de ressources (les bénéficiaires du RSA sont dispensés de cette étape) ;
  • Compléter la rubrique Choix de l’organisme complémentaire ;
  • Dater et signer (ou valider dans le cas d’une demande en ligne) puis envoyer le formulaire.

Les justificatifs à fournir sont les mêmes, que la demande soit effectuée en ligne ou en version papier. Dans tous les cas, les assurés devront envoyer un avis d’imposition ou un avis de situation déclarative à l’impôt (Asdir). D’autres justificatifs peuvent être demandés si les assurés ont résidé dans un pays étranger dans les 12 mois précédents par exemple.

Zoom sur le choix de l’organisme complémentaire

Les assurés doivent obligatoirement indiquer un choix pour la gestion de leur Complémentaire santé solidaire :

  • Ils peuvent choisir un organisme dans la liste disponible et mise à jour sur complementaire-sante-solidaire.gouv.fr.
  • Ils peuvent aussi confier cette gestion à leur caisse d’assurance maladie.

Après accord de la CPAM, quelles sont les démarches ?

La CPAM envoie une réponse à l’assuré dans les deux mois suivant la demande. Lorsque l’assuré a droit à la complémentaire avec participation, il reçoit un bulletin d’adhésion et un mandat de prélèvement. Il faut impérativement qu’il renvoie ces deux documents rapidement pour bénéficier des garanties de la complémentaire dans les plus brefs délais.

Cas n°1 : l’assuré reçoit un accord pour la Complémentaire santé solidaire gratuite

L’assuré bénéficiera des garanties de la Complémentaire santé solidaire dès le 1er jour du mois suivant la date de traitement de sa demande.
Exemple : Madame A. envoie sa demande le 28 janvier. Elle reçoit l’accord le 12 février. Elle bénéficiera de la Complémentaire santé solidaire à partir du 1er mars.
L’assuré et les membres de son foyer doivent mettre à jour leur carte Vitale. Aucune autre démarche n’est nécessaire.

Cas n°2 : l’assuré reçoit un accord pour la Complémentaire santé solidaire avec participation, il a choisi la CPAM pour sa gestion

L’assuré recevra un bulletin d’adhésion et un mandat de prélèvement en même temps que l’accord. Il devra ensuite retourner le bulletin rempli et le mandat de prélèvement accompagné d’un RIB dans un délai maximum de 3 mois à la CPAM du Bas-Rhin. L’assuré bénéficiera des garanties de la complémentaire le 1er jour du mois suivant la réception de ces deux pièces par la CPAM.

Exemple : Monsieur B. reçoit l’accord pour une complémentaire avec participation financière le 12 avril. Il renvoie son bulletin d’adhésion ainsi que le mandat de prélèvement et le RIB le 3 mai. L’enregistrement des pièces intervient le 15 mai. Monsieur B. bénéficiera des garanties à partir du 1er juin.

Il est fortement recommandé aux assurés d’opter pour un prélèvement automatique de leur cotisation (participation financière).

L’assuré et les membres de son foyer doivent mettre à jour leur carte Vitale.

Cas n°3 : L’assuré reçoit un accord pour la Complémentaire santé solidaire avec participation, il a choisi un organisme externe pour sa gestion

La CPAM enverra l’accord à l’assuré et avertira l’organisme complémentaire. Ensuite, c’est l’organisme complémentaire qui enverra le bulletin d’adhésion et le mandat de prélèvement à l’assuré. L’assuré disposera alors d’un délai de 3 mois pour retourner à sa complémentaire :

  • Le bulletin d’adhésion ;
  • Le mandat de prélèvement ;
  • Un relevé d’identité bancaire dans le cas d’un prélèvement automatique.

Enfin, l’assuré bénéficiera des garanties de la Complémentaire santé solidaire le 1er jour du mois suivant la réception de ces pièces par l’organisme complémentaire.

Exemple : Madame C. reçoit l’accord pour une complémentaire avec participation le 8 juin de la part de la CPAM. Elle reçoit le bulletin d’adhésion et le mandat de prélèvement de la part de son organisme complémentaire le 12 juin. Madame C. choisit de payer sa cotisation par un prélèvement automatique. Elle renvoie donc son bulletin d’adhésion et le mandat de prélèvement accompagné d’un RIB à cet organisme le 11 juin. L’organisme choisi enregistre les pièces le 23 juin. Madame C. bénéficie des garanties de sa complémentaire à partir du 1er juillet.

Il est fortement recommandé aux assurés d’opter pour un prélèvement automatique de leur cotisation (participation financière).

L’assuré et les membres de son foyer doivent mettre à jour leur carte Vitale.

Lire aussi ...

10/12/2019

Complémentaire santé solidaire : plus simple et plus protectrice

La Complémentaire santé solidaire est une aide pour payer les dépenses de santé, destinée aux personnes aux revenus modestes. Elle [...]

10/12/2019

Le compte ameli : des démarches simplifiées

Plus de 535 000 Bas-Rhinois ont déjà ouvert leur compte ameli et effectuent ainsi leurs démarches en ligne sur leur [...]

10/12/2019

CPAM, complémentaire santé, Régime local, 100 % santé : qui rembourse quoi ?

Dans le Bas-Rhin, l’Assurance Maladie permet à un million d’assurés d’accéder aux soins lorsqu’ils en ont besoin. Près de 80 [...]